ACCUEIL

INFOS - OUTILS

TOP SITES

CONTACT

PARTENAIRES

 

 

Aujourd'hui 05/07
St Antoine-Marie

 

 INFOS RUBRIQUES

 
Les plateformes de
consultations sur Internet

C'est quoi ?

Celles à éviter

Les ratages de CGU

 

Audiotel

Principe de l'Audiotel

Plateformes techniques

Sous Plateformes

Synergies

Call-centers

La pompe à fric

Audiotel & Auto entreprise

 

Droits et Devoirs

Obligations de moyens ou de Résultats ?

Mentions légales ?

Publicité mensongère

Pratiques agressives

E-mailing ou Spams ?

Vérification d'identités des sous traitants

Faire appel à des autoentrepreneurs

 

Avoir un site Pro

Pour quoi faire ?

Le prix d'un site

Astuces pour site

Faire de la Publicité ?

 

En vrac

Paiement sécurisé

Paypal

Hipay

Cabinets et portage salarial

 

 Me placer dans les favoris

 

 

Faire appel à un auto-entrepreneur :
les erreurs à éviter (mars 2020)

Suite à un arrêt de la cour de cassation, 20.000 chauffeurs auto-entrepreneurs travaillant pour une plateforme bien connue peuvent désormais revendiquer le statut de salarié.
Mais, même si cela fait moins de bruit, ce genre de mésaventure arrive aussi régulièrement à de nombreuses petites sociétés.

Il faut savoir en effet que lorsqu'une entreprise recourt aux services d'un auto-entrepreneur, l'URSSAF recherche systématiquement si cet auto-entrepreneur n'est pas en réalité un salarié déguisé de cette entreprise.
Et pour cela, il suffit qu'un seul des indices figurant dans la liste ci-dessous soit relevé pour que l'autoentrepreneur soit condidéré comme un salarié (non déclaré !) de l'entreprise, quel que soit le document qui est établi entre l'entreprise et l'auto-entrepreneur, ou quel que soit le nom qu'on lui donne, cela n'ayant aucune importance aux yeux de l'Urssaf.
De même, la requalification éventuelle du contrat d'entreprise en contrat de travail ne dépend ni de la volonté des parties, ni de la qualification donnée à la prestation effectuée, ni de l'existence ou non d'un contrat, mais des conditions de fait dans lesquelles est exercée l'activité de l'auto-entrepreneur.
Ainsi, dans l'affaire qui a été jugée, la Cour de cassation a relevé les indices suivants :
- l'entreprise est à l'initiative de l'inscription de l'auto-entrepreneur sous ce statut (démarche non spontanée qui est incompatible a priori avec le travail indépendant)
- il existait une relation salariale antérieure avec l'entreprise donneur d'ordre, pour des fonctions identiques ou proches
- l'entreprise est le seul client de l'auto-entrepreneur (donneur d'ordre unique)
- l'auto-entrepreneur est tenu de respecter des horaires, ou des consignes autres que celles strictement nécessaires aux exigences de sécurité sur le lieu d'exercice, pour les personnes intervenantes, ou bien pour le client, ou encore pour la bonne livraison d'un produit
- la facturation est effectuée en nombre d'heures ou en jours
- il y a une absence ou une limitation forte d'initiatives dans le déroulement du travail
- l'auto-entrepreneur est intégré au sein d'une équipe de travail salariée
- l'entreprise fournit des matériels ou des équipements (sauf équipements importants ou de sécurité)
- le chauffeur n’est pas libre de fixer ses tarifs ni les conditions dans lesquelles il exerce sa prestation de transport
C’est donc, pour les juges, la plateforme et non le chauffeur qui définit unilatéralement les conditions d’exercice de ses prestations, quand bien même celui-ci peut se déconnecter quand il le souhaite et donc travailler à sa guise.

Les sanctions encourues
Les risques auxquels s’expose l’employeur sont de trois ordres :
Au plan civil : le risque premier est celui d’un contentieux devant le Conseil des Prud’hommes à l’issue duquel l’auto-entrepreneur pourra obtenir la requalification de sa relation en contrat de travail (notamment en cas de rupture de la relation, ou encore s'il est victime d'un accident du travail), avec les conséquences financières suivantes : rappels de salaires, versement de l’indemnité de congés payés, rappel d’heures supplémentaires, versement de l’indemnité de licenciement, etc.
Au plan de la sécurité sociale : l’Urssaf pourra réclamer auprès de l’employeur le versement de cotisations sociales sur salaires (et majorations de retard) en requalifiant les honoraires versés en salaires. Le redressement peut porter sur l’année en cours et les trois années précédentes, voire 5 années en cas de travail dissimulé.
Au plan pénal : la requalification peut conduire à l'application des sanctions suivantes :
- 3 ans d’emprisonnement
- 225.000 € d’amende
Plus les peines complémentaires suivantes :
- dissolution de la société
- interdiction d’exercer ou de gérer une entreprise
- exclusion des marchés publics
- publicité de la condamnation pénale et diffusion sur une « liste noire » sur le site internet du ministère du travail
- remboursement de subventions et aides publiques
- paiement des rémunérations, indemnités et charges dues pour l’emploi de salariés
- paiement des impôts, taxes et cotisations obligatoires, des pénalités et majorations dus au Trésor public ou aux organismes de protection sociale
- interdiction des droits civiques, civils et de famille.

ACCUEIL

INFOS - OUTILS

TOP SITES

CONTACT

PARTENAIRES

Adresses et partenaires

 Annonces Esopole

 

 Annonces-Voyance.Net

  Annonces-Voyance.Info

 Teleanimations.com

 

 

 Annonces-Voyance.FR

 Annonces-Voyance.com

 
Top Esopole Le top des sites de voyance ! Le super top des super sites de voyance ! Site a visiter : annuaire-esoterique.com. Mise a jour automatique, recherches croisees, ...

Le site http://voyance-pro.com est exploité par ADIPS - 47130 Montesquieu - France - SIREN 491 569 679 - Tél. 33 (0) 564 25 01 10
N° CNIL : 1313996 -- hébergement : OVH - 140 Quai du Sartel - 59100 Roubaix - France.